Thumbnail-article-tourism

15 AVR TOURISME

Des enjeux et des défis

Mercredi 15 Avril 2015, VConférences a réunit pour une table ronde exceptionnelle les principaux acteurs du tourisme pour débattre des évolutions du secteur du tourisme et des chantiers à entreprendre pour que la France conserve sa place de 1ère destination mondiale.

LES ATTENTES DES VOYAGEURS PROFONDÉMENT TRANSFORMÉES PAR LA RÉVOLUTION DIGITALE

« Le tourisme représente 9,8% du PIB mondial, on estime à 1,1 milliard le nombre de touristes internationaux et environ 35% réservent leur chambre on-line » rappelle Philippe Oddo, PDG de la banque Oddo & Cie très active dans le secteur du tourisme, secteur créateur d’emploi et de richesse en pleine croissance et mutation. Profondément transformé par une révolution digitale qui a créé de nouveaux usages et de nouveaux modes de consommation, ce secteur fait face à de nombreux défis tant au niveau mondial que français.

La bataille du clic

48 recherches sont effectuées, 10 sites différents consultés et 20 jours de réflexion en moyenne avant le clic de réservation selon Christophe Peymirat, vice-président d’Egencia, filiale du groupe Expedia. Par ailleurs, 95% des recherches internet passent par Google. Internet a complétement bouleversé les habitudes du choix de la destination, du transport à la fidélisation du client. Aujourd’hui, la recherche de destination se fait globalement par le biais d’internet. Si le prix reste un élément majeur, les avis des voyageurs du type Trip Advisor sont devenus un élément déterminant dans le choix des destinations. Les modes de réservation ont aussi évolué et ont migré vers le support mobile. Nous allons donc vers la fin du modèle traditionnel et du choix du voyage en agence.

« Une coopération inéluctable avec les acteurs numériques, des accords restent à trouver sur les commissions »

Alors que la part des réservations sur Internet augmente, Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor, ne perçoit pas ce phénomène comme une menace pour l’industrie hôtelière. La montée en puissance des plateformes de réservation permet d’aider à remplir les hôtels principalement dans les périodes creuses et de les faire connaitre grâce au leurs investissements massifs en campagne Google. Ce procédé donne une meilleure visibilité à certains établissements peu ou moins référencés, notamment ceux qui n’appartiennent pas à de grandes chaînes.

Il s’agit aujourd‘hui de travailler en synergie avec les nouveaux acteurs issus du numérique et non contre eux. Mais Sébastien Bazin précise que, s’il est prêt à reconnaitre le rôle important des plateformes de réservations en ligne, il est aujourd’hui nécessaire de travailler sur une meilleure répartition des commissions prises par les plateformes. Ces dernières prélèvent en effet entre 10 et 30% du prix de détail de la chambre. En effet, il est fondamental que les hôtels puissent conserver des marges suffisantes pour offrir des prestations de qualité.

« Les voyageurs attendent des offres touristiques innovantes »

Selon Nicolas Ferrary, DG Airbnb France, si le prix reste important le succès de son entreprise repose sur la recherche d’une expérience touristique différente. Ceci explique le développement exponentiel d’Airbnb principalement en France, 2ème destination mondiale pour les visiteurs et les hébergeurs. Le voyageur recherche une meilleure proximité, une compréhension des usages du pays, des rencontres personnelles et une authenticité. Pour Jean-François Rial, la réussite de Voyageurs du Monde repose aussi sur la recherche d’un voyage sur mesure correspondant à des attentes précises et culturelles qui s’opposent au tourisme de masse. Sébastien Bazin quant à lui, rappelle que l’un des objectifs d’Accor est de mieux comprendre les attentes des touristes comme par exemple les spécificités des touristes asiatiques.

Le défi du tourisme chinois

En 2020, 1 touriste sur 2 sera chinois ou asiatique, comment prendre en compte leurs attentes et leurs spécificités? La prise en compte des particularismes culturels est une obligation pour les professionnels du secteur.

Une plus grande porosité entre voyages d’affaires et tourisme

Nos intervenants ont constaté une évolution majeure dans le voyage d’affaire reposant sur une volonté des entreprises de diminuer leurs coûts liés au voyage. Cela a conduit à renforcer le segment de marché du low-cost premium proposé notamment par Easyjet qui voit aujourd’hui sa part de marché du voyage d’affaires grimper. Du point de vue d’Egencia, le voyage d’affaire évolue et il y a une porosité de plus en plus importante entre le voyage d’affaires et le voyage personnel, tendance confirmée par Sébastien Bazin et Nicolas Ferrary qui estime à 15% environ le nombre de clients catégorisés comme voyageurs d’affaires sur Airbnb. Ainsi, le voyageur d’affaire est en pleine mutation ; il a recours au low-cost, prolonge son déplacement pour des raisons personnelles, conciliant business et loisirs.

LA FRANCE : DES EFFORTS À FAIRE POUR CONSERVER NOTRE PREMIÈRE PLACE DE DESTINATION TOURISTIQUE

Dans ce secteur hautement concurrentiel, la France conserve sa place de 1ère destination mondiale, mais celle-ci est aujourd’hui en danger. Outre la complexité des normes françaises et la fermeture des magasins le dimanche, Jean-François Rial pointe du doigt l’émiettement des moyens de production et l’absence de marques ciblées autour de villes ou de régions précises. Par exemple, il est fondamental de revisiter les budgets des régions dédiés au tourisme et de les répartir de manière plus homogène. Comment expliquer que l’Essonne bénéficie d’un budget de 900 000€ pour favoriser le tourisme dans ce département ? Easyjet a fortement contribué au développement du tourisme mondial et français grâce à la création de nouvelles lignes. Pourtant, son PDG, François Bacchetta, souligne la nécessité d’accroitre les connexions ferroviaires avec les aéroports. Selon lui, un grand nombre de touristes ne quittent pas Paris car les trajets pour se rendre dans les différentes régions françaises sont trop onéreux et difficiles.

Pour Anne Pruvot d’Accenture, 2ème fournisseur de solutions de réservations de billetteries aériennes, bus, et transport, il est indispensable d’améliorer l’accessibilité du territoire pour étendre le trafic touristique hexagonal. Selon la Managing Director d’Accenture France, Il existe un vrai problème de liaison entre l’aéroport et la ville, ce qui est «critique pour le développement de Paris ». Ainsi l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle n’est toujours pas relié par une ligne ferroviaire directe au centre de la capitale. Il s’agit de décongestionner les villes, développer les infrastructures, notamment en Province, le transport ferroviaire, le métro et les trajets court-courrier qui ne représentent que 27% du trafic contre 47% en Europe.

« Offrir un service de qualité, optimiser le référencement, développer quelques marques mondiales pour la promotion de la France et améliorer l’accessibilité »

Tels sont les défis qui s’imposent à la France pour conserver sa position selon Jean-François Rial. L’enjeu principal réside actuellement dans l’optimisation de l’outil numérique et la capacité d’apporter de la valeur ajoutée. Cette valeur ajoutée peut venir d’une niche ou d’un service. Il s’agit aujourd’hui de renforcer la formation pour offrir un meilleur service. Philippe Oddo estime qu’il existe 2 marchés actuellement : le value for money où le prix est fondamental et la niche où l’expérience du client prédomine.

Quoiqu’il en soit, il est nécessaire d’affecter une dimension sociale au voyage.

Philippe Houzé, PDG des Galeries Lafayette souligne ainsi l’importance du shopping dans l’approche du tourisme. Si les touristes viennent à Paris pour la Tour Eiffel et le Louvre, ils se déplacent aussi pour l’expérience shopping et les Galeries Lafayette. Philippe Houzé a plaidé pour l’ouverture des magasins le dimanche afin d’éviter que les touristes prennent l’Eurostar le matin pour dépenser leur argent à Londres. Nicolas Ferrary et Sébastien Bazin rappellent la nécessité de faire preuve d’innovation dans les produits proposés. La France ne doit pas simplement être un pays- musée et d’autres types de visites doivent être développés.

En conclusion, tous les intervenants ont salué la prise de conscience par les pouvoirs publics des enjeux pour que la France conserve son attractivité touristique mais tous appellent à un vaste chantier ainsi qu’à des mesures fortes et rapides.

Valérie Hoffenberg, Présidente & Fondatrice du Connecting Leaders Club

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *